LA PRESSE EN PARLE

"Femme capital" : La presse en parle !

À partir de la figure d’Ayn Rand, incarnation de l’ultralibéralisme américain, Sylvain Cartigny invente avec l’Orchestre de spectacle de Montreuil Femme capital, une fable musicale où le collectif est un antidote à la philosophie de l’égoïsme. La presse en parle !

Publié le

À partir de la figure d’Ayn Rand, incarnation de l’ultralibéralisme américain, Sylvain Cartigny invente avec l’Orchestre de spectacle de Montreuil Femme capital, une fable musicale où le collectif est un antidote à la philosophie de l’égoïsme.

LA PRESSE EN PARLE :

  • « L'étrangeté ou le paradoxe du spectacle est qu'il est emballant, tout en ayant pour héroïne un genre de monstre qu'il est difficile de soupçonner de complexité. L'idée la plus forte de Rand est que l'homme a le droit à son propre bonheur et qu'il doit l'atteindre lui-même. » Libération
  • « TT (On aime beaucoup) - Pour tirer le portrait de cette dangereuse mégalomane, Mathieu Bauer a imaginé un chœur de musiciens qui l'interpelle - tel un chœur antique - dans la cabine de prise de son d'où elle éructe son idéologie. [...] Le spectateur perçoit ainsi tout autour d'elle une véritable architecture sonore et musicale, allant du "je" individuel au "nous" collectif. Travail riche, drôle et passionnant autour d'une femme à découvrir... » Télérama Sortir
  • « Mathieu Bauer et Sylvain Cartigny signent une mise en scène remarquable qui nous plonge dans un tête à tête intime avec un monstre à l’aura séduisante. La philosophe américaine revêt dans cette pièce l’allure du diable avec une dimension aussi tentatrice que malsaine. Ayn Rand choque, provoque, ou subjugue, mais capte quoi qu’il arrive l’attention de tous. » Toute la culture

  • « C’est un spectacle très intelligent, tonique, enthousiasmant que nous proposent Sylvain Cartigny, qui l’a conçu et qui a composé la partition, et Mathieu Bauer, qui a imaginé la scénographie, la mise en scène et dirige cette merveille d’interprète qu’est Emma Liégeois [...] Elle est d’une liberté, d’un humour, d’une plasticité, d’une beauté [...] qui fascinent. Et Mathieu Bauer la dirige à merveille. » Le journal d'Armelle Héliot


Un spectacle à ne pas rater le vendredi 8 décembre à 20h30 aux Passerelles
Théâtre & Musique ● Dès 13 ans ● Durée : 1h
Infos et réservations : 01 60 37 29 90 ou sur notre billetterie en ligne