LA PRESSE EN PARLE

"Rest & Watch" : une invitation à s’amuser tout en évoquant un avenir triste à pleurer

"Rest & Watch" invente une vie de nos enfants entre 2020 et 2055. La crise sanitaire traversée n’est plus qu’une anecdote à l’échelle de l’histoire de l’humanité, ou plutôt, elle n’a été qu’un des nombreux symptômes d’une crise plus profonde et dévastatrice. "Rest & Watch", la presse en parle.

Publié le

Rest & Watch invente une vie de nos enfants entre 2020 et 2055.
La crise sanitaire traversée n’est plus qu’une anecdote à l’échelle de l’histoire de l’humanité, ou plutôt, elle n’a été qu’un des nombreux symptômes d’une crise plus profonde et dévastatrice. Dans une communauté isolée, dans un monde apparemment apocalyptique et un espace-temps étrangement modifié, deux familles vont développer des histoires connectées et parallèles, absurdes et poétiques, légères et déterminantes, anecdotiques et fondamentales.
La mise en scène bucolique invite la vidéo, la musique, l’humour.
Il est question du sens de la vie sans projection possible, de la place de la mort dans le monde moderne, des liens entre filiation et déterminisme, de la sexualité sans l’autre, du rôle de la création dans un monde à bout de souffle et du théâtre sans public. D’une humanité sur le déclin, et d’une nature qui s’en réjouit.

Rest & Watch, la presse en parle :

  • « Jean Bechetoille avec son humour solide imagine  la vie de nos enfants entre 2020 et 2055, lorsque la crise sanitaire ne sera qu’une anecdote à l’échelle de l’histoire de l ‘humanité. Il revient sur le thème de la communauté isolée dans un monde apocalyptique afin d’observer et de décrire le statut de l’individu au sein du groupe et les nouveaux comportements humains qui alors émergent. Il illustre le désastre de l’insurrection convenue.  Et c’est jouissif. » Toutelaculture.com
  • « Avec dérision et une certaine acuité, Jean Bechetoille panse nos plaies, après les avoir triturées joyeusement, pour mieux nous interroger collectivement sur notre manière de tenir ensemble, de faire communauté. Ralentir ou emprunter les chemins de traverse, à chacun sa voie. » L’officiel des spectacles
  • « Jean Bechetoille aborde la vie, celle que nous vivons et celles que nous subissons, avec une plume des plus réjouissantes. C’est vif, nerveux et rempli d’humour. Sa mise en scène est du même acabit, pas un temps mort, que du rythme. Rien ne surcharge le plateau, les lumières installent l’air du temps et les vidéos celle du passé. Les comédiens, dans une unité de jeu parfaite, nous entraînent, sans jamais nous perdre, dans cette fable familiale et musicale formidable. » L’œil d’Olivier
  • « TT (On aime beaucoup) – Dans un espace ouvert et libre, laissant parfois place à la vidéo, les cinq comédiens s’ébattent en liberté, amusent et font réfléchir. Non sans naïveté, l’initiative reste à signaler. Et à consommer. Ils ne sont pas si nombreux, les hommes et femmes de théâtre d’aujourd’hui, à se préoccuper de notre avenir… » Télérama Sortir
  • « Une mise en abîme alléchante de ce qu'une crise mondiale peut provoquer de changements psychologiques ou sociétaux. » Le Figaro

Retrouvez cette pièce le vendredi 1er mars à 20h30 aux Passerelles
Théâtre ● Durée : 2h ● Dès 14 ans ● Tarifs : 15 € / 10 € / 6 €
Infos et réservations : 01 60 37 29 90 ou sur notre billetterie en ligne