LA PRESSE EN PARLE

"Le Horla" : la presse en parle !

"Le Horla", « Un spectacle finement écrit, où la marionnette flirte avec la magie nouvelle. » Journal La Terrasse

Publié le

Le Horla de Jonas Coutancier, la presse en parle :

 

  • « Le Horla, de la Cie Les Anges au Plafond, d’après la nouvelle de Maupassant, est une adaptation moderne de ce récit fantastique qui met aux prises un jeune homme de notre temps avec une présence monstrueuse qui n’existe peut-être pas que dans son esprit. Un spectacle finement écrit, où la marionnette flirte avec la magie nouvelle. » Journal La Terrasse
  • « Jonas Coutancier porte ce projet de mains de maître. L’artiste aux multiples talents, s’est glissé avec agilité et poésie dans les méandres des nombreux tourments du personnage. Alliant théâtre d’objets, d’ombres chinoises, de marionnettes, de magie, de danse, de numéros de circassien, ce spectacle, mis en scène par Camille Trouvé et Brice Berthoud nous entraîne dans un monde fantasmagorique. L’univers de Maupassant est rendu visible comme dans un rêve cauchemardesque. Meubles qui bougent, maison qui brûle, pièce qui rétrécie, créature invisible se penchant sur le corps du malade, métamorphosé en monstre forment des images frappantes qu’accompagne la très belle musique de Solène Comsa, jouée en direct sur le plateau. Il y a du Kafka dans leur vision ! C’est impressionnant ! » L’œil d’Olivier
  • « Mise en scène profuse et aboutie, qualité d’interprétation admirable, dépoussiérage sensible et astucieux d’un classique trop peu estimé, ce Horla mérite pleinement d’être vu ! » Toutelaculture.com
  • « Quoi de mieux pour raconter la folie et l’hallucination que les effets saisissants de la marionnette et du théâtre d’ombres, de la manipulation d’objets et des masques ? Quoi de mieux pour rendre audible la descente aux enfers d’un homme torturé, qu’un dialogue entre un marionnettiste danseur et une musicienne ? Dans cette libre adaptation de la nouvelle de Guy de Maupassant publiée en 1887, six ans avant la mort de l’écrivain atteint de syphilis et subissant lui-même les assauts de la démence, Jonas Coutancier confie à Solène Comsa, perchée à deux mètres de haut avec son violoncelle et son ordinateur, le soin de faire voyager le public entre mélodie et distorsion sonore. » France Inter

Ce spectacle est à découvrir le vendredi 15 décembre à 20h30 aux Passerelles
Dès 12 ans ● Durée : 1h15 ● Tarifs : 15 € / 10 € / 6 € ● Infos et réservations : 01 60 37 29 90 ou sur notre billetterie en ligne